Rolando Villazón

Alma Latina
Supported by
Recital
Thursday, September 30th 2021
Length
1:30 (intermission)

Acheter des billets €98 - 70 - 50 - 24

Billets pas encore disponibles.
local_activity 25 Juin 20:00 Bozar, Brussels

Credits

tenorRolando Villazón
pianoAaron Wajnberg

En collaboration avec

Voir galerie

‘Une voix merveilleusement virile, grandezza, élégance et force’

Rolando Villazon, naît le 22 février 1972 à Mexico (Mexique). À 11 ans, il intègre l’Académie des Arts du Spectacle Espacios. Plus tard, après avoir hésité entre l’enseignement et la prêtrise, il entend la voix de Placido Domingo (qui a vécu comme lui à Mexico) et décide de devenir chanteur lyrique. En 1998, il intègre l’école de chant de l’Opéra de San Francisco, où il a Joan Sutherland comme professeur. L’année suivante, il remporte comme ténor le prix du public et celui de la Zarzuela au concours Operalia (créé par Domingo). Toujours en 1999, il débute à Gênes dans le rôle de Des Grieux dans Manon (Massenet), à Paris dans celui d’Alfredo de La Traviata (Verdi) puis à Berlin dans celui de Macduff dans Macbeth (Verdi). Très rapidement, Villazon est propulsé sur les plus grandes scènes du monde. Il est régulièrement invité à Vienne dans le rôle de Werther (Massenet) ou celui de Nemorino (l’Elixir d’amour de Donizetti), ainsi qu’à l’Opéra National de Berlin, collaborant à de multiples reprises avec Daniel Barenboïm.

En 2005, il triomphe au Festival de Salzbourg dans une nouvelle production de La Traviata aux côtés d’Anna Netrebko devenue mythique. Il débute au Metropolitan de New York la même année dans ce rôle, tandis que celui de Rodolpho dans La Bohème de Puccini lui ouvre les portes de La Monnaie et de Bastille. Le monde entier assiste en direct à la télévision au concert donné lors de la finale de la coupe du monde 2006 de football, où chante aux côtés de Placido Domingo et d’Anna Netrebko. En 2007, il revient à l’Opéra Bastille pour interpréter le rôle-titre des Contes d’Hoffmann (Offenbach). Tombé amoureux de la France où il réside, il demande la nationalité française la même année. Il entame alors une période creuse de trois ans due à des problèmes de santé (ablation d’un kyste aux cordes vocales) qui le contraignent à un repos à peine interrompu par un Werther chanté à Vienne en 2008. Il en profite pour écrire son premier roman, Jongleries. Enfin guéri en 2010, le ténor renoue avec son passé en chantant des airs populaires mexicains. Un an plus tard, il met en scène son premier opéra, Werther, à l’Opéra de Lyon.

En 2013, Rolando Villazon chante le rôle-titre de Lucio Silla de Mozart à Salzbourg. Le Met le reçoit également pour Eugène Onéguine de Tchaïkovski, dans le rôle de Lensky. Il se rend en 2014 à l’Opéra de Vienne pour chanter Don Ottavio dans Don Giovanni de Mozart. La même année, le ténor interprète les rôles mozartiens de Ferrando dans Cosi fan tutte à la Scala, de Belmonte dans L’Enlèvement au sérail en version concert à Baden-Baden, puis d’Alessandro dans Le Roi pasteur au Festival de Verbier. Il développe son activité de mise en scène avec Viva la mamma de Donizetti à Vienne puis La Rondine de Puccini à Berlin en 2015. Le Mexicain campe également le rôle-titre de Don Carlos de Verdi à Berlin. Il crée le personnage Robert Scott dans South Pole de Srnka à l’Opéra de Munich en 2016. Il incarne les rôles-titres de l’Orfeo en version concert au Festival de Brême et du Retour d’Ulysse dans sa patrie en 2017 au TCE et à Dijon. En 2018, il met en scène Don Pasquale au Deutsche Oper am Rhein, ainsi que La Chauve-Souris à l’Opéra allemand de Berlin. Il poursuit également sa carrière de chanteur avec Faust de Gounod à Vienne et Pelléas (Pelléas et Mélisande de Debussy) à l’Opéra d’Etat de Berlin : ce rôle pouvant être chanté aussi bien par un ténor que par un baryton, il fait la transition avec le rôle de Papageno dans La Flûte enchantée, qu’il prend au Festival de Baden-Baden.

En 2019, il signe les mises en scène de Platée de Rameau à Dresde, de L’Elixir d’amour à Leipzig, et des Puritains de Bellini au Deutsche Oper am Rhein. En 2020/2021, Rolando Villazon proposera une nouvelle mise en scène de Don Giovanni à Salzbourg en janvier, puis chantera l’Orfeo à Dresde en mars. Enfin, il dirigera une nouvelle mise en scène de La Somnambule au TCE en juin.

Plus d’infos www.rolandovillazon.com

PROGRAMME À ANNONCER

Deze productie kwam tot stand met de ondersteuning van de Belgische Tax Shelter voor podiumkunsten.